L’ancien pape Benoît est « très malade », selon le pape François


Rome
CNN

Le pape Benoît, 95 ans, qui a démissionné il y a neuf ans, est « très malade » après que son état de santé s’est aggravé mercredi, a déclaré le pape François.

« Je voudrais vous demander à tous une prière spéciale pour le pape émérite Benoît, qui maintient la paix dans l’Église. Il est très malade », a déclaré François lors de son audience générale au Vatican mercredi.

« Nous demandons à Dieu de le réconforter et de le soutenir dans ce témoignage d’amour pour l’Église jusqu’à la fin. »

Un porte-parole du Vatican a confirmé plus tard : « Au cours des dernières heures (Benoît) a connu un déclin en raison de son âge avancé ».

« La situation est actuellement sous contrôle et est surveillée régulièrement par ses médecins », a déclaré le porte-parole Matteo Bruni, alors que François visitait son prédécesseur, le monastère Mater Ecclesia de la Cité du Vatican, après son audience publique.

En 2013, le pape Benoît XVI a choqué le monde en prenant la décision presque sans précédent de démissionner de son poste, invoquant « l’âge avancé ».

L’annonce de Benoît XVI marque la première démission d’un pape en près de 600 ans. Le dernier pape à démissionner avant sa mort fut Grégoire XII, qui partit en 1415 pour mettre fin à une guerre civile au sein de l’Église catholique dans laquelle plus d’un homme prétendait être pape.

En 2020, le Vatican a déclaré Benoît a souffert Suite à des informations parues dans les médias allemands selon lesquelles il était malade, « souffrant mais pas dans un état grave ».

Il y a deux ans, en Une lettre publique rare « Intérieurement, je suis en pèlerinage vers la maison alors que mes pouvoirs physiques déclinent lentement », a écrit Benoît, publié dans le journal italien Corriere della Sera.

READ  Un séisme de magnitude 4,2 a frappé le sud de la Californie

Un rapport ordonné par l’église a été publié en janvier alléguant des abus par le clergé catholique, avec la dernière enquête sur le temps de Benoît comme archevêque de Munich et Freising entre 1977 et 1982.

Le rapport a révélé qu’il avait été informé de quatre cas d’abus sexuels impliquant des mineurs – dont deux alors qu’il était à Munich – mais qu’il n’avait pas agi et qu’il avait assisté à une réunion au sujet d’un prêtre violent.

Benoît a ensuite repoussé les allégations, admettant qu’il avait assisté à la réunion Il a nié toute dissimulation délibérée Son existence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *