Le veto russe signale la fin de l’opération d’aide de l’ONU basée en Turquie en Syrie

NATIONS UNIES, 11 juillet (Reuters) – La Russie a signalé mardi la fin d’une opération humanitaire de longue date des Nations Unies qui apportait une aide à 4 millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie, tenue par les rebelles, après avoir opposé son veto à un renouvellement d’autorisation de neuf mois au Conseil de l’ONU. Conseil de sécurité.

La Russie a échoué dans sa propre offre pour une prolongation de six mois de la mesure, qui a fourni une aide comprenant de la nourriture, des médicaments et un abri depuis 2014. L’approbation du Conseil de sécurité pour la livraison de l’aide a expiré lundi.

L’ambassadeur de Russie à l’ONU, Vassily Nebenzia, a suggéré que le mandat du conseil pour l’action d’aide ne pouvait pas être sauvé.

Avant le veto de six mois de la Russie et le vote du Conseil sur la proposition, Nebenzia a déclaré: « Si notre projet n’est pas soutenu, nous pouvons aller de l’avant et fermer le mécanisme transfrontalier.

« Le changement technologique, quelle que soit la durée, nous n’allons pas l’accepter », a-t-il ajouté.

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a déclaré que les États-Unis continueraient à travailler avec tous les membres du conseil pour renouveler l’initiative d’aide et a exhorté la Russie à reconsidérer sa position.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a insisté sur un renouvellement de 12 mois.

Guterres a été déçu que le conseil ne soit pas parvenu à un accord et « a exhorté les membres à redoubler d’efforts pour continuer à fournir une aide transfrontalière à des millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie », a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric. a dit.

READ  Jeff Giants a remplacé Ron Klein au poste de chef de cabinet de la Maison Blanche

La reconnaissance est nécessaire parce que le gouvernement syrien à Damas, qui a des liens étroits avec Moscou, n’est pas d’accord avec l’action de l’ONU pour des raisons souveraines. Les votes du Conseil de sécurité sur la question ont longtemps été controversés – le mandat expire en 2022 et 2020, pour être renouvelé un jour plus tard.

Le Conseil de sécurité a initialement autorisé l’acheminement de l’aide aux zones tenues par l’opposition en Syrie à partir de deux points en Irak, en Jordanie et en Turquie en 2014. Mais la Russie et la Chine l’ont réduit à un point frontalier turc.

Les groupes d’aide ont rejeté l’impasse du Conseil de sécurité.

« Cruauté absolue »

La Russie et la Syrie ont fait valoir que l’opération d’aide viole la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie. Ils disent que davantage d’aide devrait provenir de l’intérieur du pays, et l’opposition craint que l’aide alimentaire et autre ne passe sous le contrôle du gouvernement.

Après qu’un tremblement de terre en Turquie et en Syrie a tué plus de 50 000 personnes en février, le président syrien Bachar al-Assad a autorisé les Nations unies à envoyer deux convois d’aide supplémentaires depuis la Turquie. Le permis expire le 13 août.

Le gouvernement syrien n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires indiquant s’il inclurait désormais le point de passage de Bab al-Hawa dans son accord avec les Nations Unies et prolongerait ces approbations au-delà du 13 août.

« C’est à eux (la Syrie) de décider », a déclaré Nebenzia aux journalistes. « C’est à eux de décider. »

READ  Trump s'attend à être arrêté mardi

Damas évaluera la situation et annoncera sa position, a déclaré à Reuters l’ambassadeur syrien à l’ONU, Bassam Sabak.

Sabak a déclaré au conseil que l’autorisation de l’opération d’aide ne devrait être prolongée que de six mois, et a critiqué le texte rédigé par la Suisse et le Brésil, affirmant qu’il « ne reflète pas les aspirations des Syriens ».

La Chine s’est abstenue lors du vote sur le renouvellement de compromis pour neuf mois de l’autorisation de la mesure d’aide préparée par la Suisse et le Brésil, tandis que les 13 autres membres du Conseil de sécurité ont voté pour.

Seules la Russie et la Chine ont voté en faveur de la proposition russe d’une prolongation de six mois. Dix membres du Conseil de sécurité se sont abstenus, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France votant contre.

Une résolution nécessite au moins neuf votes favorables et des veto de la part de la Russie, de la Chine, des États-Unis, de la France ou de la Grande-Bretagne pour être acceptée par le Conseil de sécurité.

« C’est un moment triste pour le peuple syrien », a déclaré l’ambassadeur américain Thomas-Greenfield à l’assemblée après le veto de la Russie. « Ce que nous venons de voir, ce que le monde vient de voir, est un acte absolument horrible. »

La violente répression d’Assad contre les manifestants pacifiques pro-démocratie a conduit à la guerre civile en 2011, Moscou soutenant Assad et Washington soutenant l’opposition. Des millions de personnes ont fui la Syrie et des millions d’autres sont déplacées à l’intérieur du pays. Les combats se sont calmés pour ramener Assad sous le contrôle d’une grande partie de la Syrie.

READ  SpaceX présente aux astronautes internationaux la mission de la station spatiale

Rapport de Michael Nicholls ; Montage par Rami Ayyub et Mark Heinrich

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *